UMR SU-CNRS 8233

MONARIS

L’objectif principal du laboratoire est la compréhension de la réactivité chimique au sens large et le développement de la Chimie–Physique à Sorbonne Université, notamment au travers du développement de l’Institut Parisien de Chimie Physique et Théorique (IP2CT, FR 2622). Les travaux du laboratoire MONARIS reposent sur une approche commune aux différentes équipes, basée sur l'élaboration, la compréhension et la caractérisation, expérimentale et théorique, de systèmes nanophasés et notamment de la liaison chimique dans la construction de l'organisation et de la réactivité de la matière.

(C) Monaris

Résultats scientifiques : Des feuillets de graphène fluorescent par autoassemblage supramoléculaire.

Le graphène est une forme cristalline du carbone qui adopte une géométrie de feuillet ultramince. Des monocouches d’autres matériaux peuvent s’adsorber sur ces feuillets et combiner leurs propriétés à celles de ce support ultramince pour obtenir des matériaux bidimensionnels très intéressants. Mais dans le cas de chromophores organiques fluorescents, des composés qui émettent de la lumière quand ils sont éclairés, le graphène génère des interactions électroniques à l’origine de l’extinction de la fluorescence. Pour contrer ce phénomène, la distance entre les molécules et le graphène ainsi que leur orientation doivent être contrôlées. Des chercheurs du laboratoire Building blocks for future electronics laboratory (2B-FUEL, CNRS/Sorbonne Université/Université Yonsei), du laboratoire De la molécule aux nano-objets : réactivité, interactions et spectroscopies (MONARIS, CNRS/Sorbonne Université) et de l’université Yonsei (Corée du Sud) ont utilisé la chimie supramoléculaire sur surfaces et le concept de chimie « hôte-invité » pour disposer, sans interaction électronique, les chromophores sur le graphène...

Téléchargements